ASSEMBLÉES GÉNÉRALES DE LA CNA

 

 

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE LA CONFÉRENCE NATIONALE DES ACADÉMIES TENUE À TOULON LE 7 OCTOBRE 2016

 


L’assemblée générale de la Conférence Nationale des Académies des Sciences, Lettres et Arts s’est tenue le 7 octobre 2016 au Palais Neptune de Toulon, sous la présidence de Madame Françoise L’Homer-Lebleu, président de la Conférence, en présence de monsieur Bernard Bourgeois, membre de l’Institut et président d’honneur de la Conférence. Cette assemblée générale s’est déroulée à Toulon à l’occasion des trois journées de colloque organisées par l’Académie du Var.
La séance s’est ouverte à 10 heures 30 devant environ 120 académiciens représentant 24 académies auxquels s’ajoutent une centaine de Varois.

I.    REMERCIEMENTS


En ouverture de séance, Madame Françoise L’Homer-Lebleu adresse ses vifs remerciements aux organisateurs du colloque de Toulon et en particulier à Monsieur Jean-Paul Meyrueis, vice-président, qui en est l’artisan principal. Les remerciements de Madame le président vont aussi aux présidents et membres des Académies qui ont fait le déplacement de Toulon et avec lesquels elle a entretenu des relations suivies et empreintes de courtoisie. Un remerciement appuyé est adressé à Monsieur le Chancelier de l’Institut qui protège avec bienveillance les activités de la Conférence, et à son représentant, Monsieur Bernard Bourgeois, membre de l’institut et Président d’honneur de la Conférence.

À son tour, le Président Bourgeois adresse ses remerciements à l’Académie du Var pour la qualité de son accueil et la profondeur des travaux proposés. Il exprime les regrets du Chancelier Gabriel de Broglie, qui n’a pu se libérer pour honorer de sa présence le colloque. En remerciant le Président en exercice, Madame L’Homer, et son bureau, il formule le vœu que l’action de la Conférence se poursuive dans de bonnes conditions et fait part de son optimisme pour l’avenir de l’institution.
Enfin, Monsieur François Braud, qui a précédé Madame L’Homer dans les fonctions de président et assuré le passage de témoin, exprime ses remerciements à l’équipe en activité pour l’efficacité de son travail grâce auquel la continuité du service est assurée. Il rend hommage aussi à celle qui l’a précédée, Madame Demarolle, illustrant ainsi la « chaîne de solidarité » qui préside au fonctionnement de la Conférence nationale.

II.    RAPPORT MORAL DU PRÉSIDENT


1) Madame L’Homer rappelle les actions de son équipe au cours de l’année écoulée :
- Le colloque à Paris (Fondation Del Duca) des 9 et 10 octobre 2015.
- Divers déplacements dans les Académies de province : à Rouen, à Montpellier, à Toulouse et, dans la semaine à venir, à Arles. La présidente a été notamment présente à Montpellier pour le colloque sur « L’Agriculture » ; elle se félicite que les colloques puissent, à l’instar de celui de cette académie, être placés sous l’autorité de la CNA.
- Quatre déplacements pour rencontrer les responsables de l’Institut dont une visite au Chancelier le 18 février 2016 ;  un  déplacement pour la séance solennelle de remise des prix sous la Coupole (8 juin) ; un autre pour la « Journée de la Rose » au château de Chailly.
- Plusieurs réunions de bureau avec l’équipe d’Orléans, dont celle qui a permis de préparer la réunion informelle du 3 juin à Paris.
- Une réunion informelle à Paris le 3 juin autour du thème « Le Rôle des académies de province au XXIe siècle ». Plusieurs contributions ont été réunies sur ce thème ; d’autres sont toujours acceptées.

2) Un des chantiers importants de cette mandature fut celui des archives qui constituent, aux yeux du Président, « la mémoire de la CNA ». Madame L’Homer, consciente de la dispersion des documents, a procédé à un regroupement de tous les anciens numéros d’Akademos, à quelques exceptions près, et les tient à disposition à Orléans. La question du lieu de conservation reste d’ailleurs posée. En même temps, au prix d’un long et méticuleux travail, elle a constitué un cahier qui condense la totalité des réunions de la CNA au cours des vingt dernières années. Ce cahier précieux sera remis en mains propres au nouveau président de la CNA appelé à lui succéder.

3) Au titre des projets, Madame L’Homer souhaite lancer un travail interacadémique autour du thème de l’école. Un courrier sera envoyé aux académies pour susciter des réactions, certaines ayant déjà commencé à arriver. Ce thème est devenu d’une actualité brûlante à l’heure où l’école et l’université, après un déclin qui a commencé dès les années 1950,  tardent à retrouver la place qu’ils méritent. Sur ce sujet, comme sur bien d’autres, il est souhaitable, après débat, que les académies donnent le sentiment de parler d’une seule voix. Un numéro spécial d’Akademos pourrait être consacré au sujet.
En conclusion de ce rapide bilan, Madame L’Homer revient sur deux points : le lien étroit avec l’Institut dont « la protection nous honore et nous oblige » ; le devoir des académies d’être présentes dans la cité et de « servir », notamment en ces temps où la barbarie gagne du terrain et où nos valeurs sont menacées. Il est urgent de ne pas baisser les bras et de poursuivre, voire d’accentuer notre travail.  
 Le rapport est soumis au vote et approuvé à l’unanimité.

III.    RAPPORT D’ACTIVITÉ DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL


En complément du rapport du Président, Monsieur Christian Froissart, secrétaire général en exercice, revient sur les deux années, 2014-2016, où l’équipe d’Orléans a assuré la présidence. Les deux points forts ont été les deux colloques, celui d’Orléans en octobre 2014 et celui de Paris en octobre 2015. Les deux manifestations furent, de l’avis général, couronnées de succès.

Au titre des chantiers achevés ou en cours, le Secrétaire général signale :

- la constitution de l’annuaire, dont la mise à jour est triannuelle, ce qui signifie qu’après avoir été menée par l’équipe d’Orléans, la prochaine vérification ne surviendra qu’en 2019 ; quelques informations font défaut et l’harmonisation peut encore être améliorée. Il pourrait être avantageusement complété par un « trombinoscope » comprenant une photo et un CV des membres, qui trouverait place sur le site de la CNA. Mais certaines académies montrent des réticences – peu explicables – à fournir de l’information et à jouer la transparence.  

- la nomination de correspondants : afin de constituer un relais efficace en matière de transmission de l’information, l’initiative a été prise de faire appel à des « correspondants » académiques auxquels sont transmis directement les éléments d’information et qui, en retour, informent le secrétariat sur la vie de l’académie concernée. Par ce biais, le site peut être alimenté et la communication facilitée. À ce jour, un peu plus de la moitié des académies a désigné un correspondant ; il serait souhaitable de généraliser l’opération.

- le développement du réseau RENATER, précieux moyen de communication auquel il suffit de s’inscrire. Certaines informations d’ordre privé ou certains commentaires personnels n’ont évidemment pas leur place sur ce réseau et sont de ce fait écartés.

- le développement du site internet, qui a été totalement refondu par Jean-Paul Meyrueis. La plupart des informations concernant la vie de la CNA y sont présentées. Certaines académies apportent leur contribution ; d’autres sont un peu en retard dans ce domaine.

- la numérisation des bulletins et des actes : elle est offerte gratuitement par la BnF et beaucoup d’académies y ont eu recours. Il est éminemment souhaitable que toutes les productions académiques bénéficient de la numérisation, moyen moderne qui permet de rassembler le savoir et de l’organiser.  

- les  publications : « La lettre des Académies », qui faisait double emploi avec le site internet, a été abandonnée et cesse donc de paraître. En revanche, l’autre publication académique Akademos est bien vivante sous la direction de Catherine Lecomte qui propose un rapide exposé de la situation. Elle précise que la revue fonctionne bien et remplit son rôle qui pourrait être celui de « l’âme de l’honnête homme du XXIe siècle ». Les contributeurs sont souvent brillants et heureux de collaborer, proposant des articles de grande qualité, comme, récemment, ceux provenant de Marseille, d’Alsace ou de La Rochelle. Un appel à communication est lancé pour poursuivre cette action en faveur du rayonnement de la culture.
 Le rapport d’activité est soumis au vote et approuvé à l’unanimité.

IV.    RAPPORT FINANCIER DU TRÉSORIER


Monsieur Jean-Michel de Widerspach-Thor, membre de l’académie d’Orléans, présente son rapport financier qui fait apparaître :

- au titre des recettes, un montant de 31 819,03 €

- au titre des dépenses un montant de 34 614,00, soit un solde négatif de 2 795,64 €.


Ce déficit s’explique par une dépense supplémentaire et imprévue : la location de la salle de la Fondation Cino del Duca pour le colloque d’octobre 2015, augmentée, en raison du nombre de participants, d’une extension dans la bibliothèque contiguë, le tout pour un montant de près de 6  200€. Pour la réunion de juin, la facture s’est élevée à 750 €

Monsieur Daniel Grasset, de l’académie de Montpellier, ancien président de la CNA, demande la parole pour regretter que les colloques et les réunions ne puissent plus se tenir dans les locaux de l’Institut dont la CNA est une émanation. Le surcoût représenté par la location d’un lieu de remplacement ne peut être à ses yeux qu’occasionnel et ne saurait être pérennisé. De plus, la salle offerte par la Fondation del Duca, au demeurant élégante, n’est pas vraiment adaptée à la tenue d’un colloque.

Madame L’Homer, président en exercice, rappelle que l’Institut, en travaux, ne pouvait nous recevoir ; elle souscrit au regret exprimé par Monsieur Grasset et mentionne les multiples démarches qu’elle a effectuées auprès de l’Institut pour éviter d’en venir à la solution d’une location payante. Elle a été appuyée dans son action par Monsieur Bernard Bourgeois qui a défendu les intérêts de la CNA. Ni l’un ni l’autre n’ont été entendus et, faute d’accepter la location onéreuse, le colloque de Paris aurait pu ne pas avoir lieu. Mme L’Homer convient que le dossier doit être repris et que la Conférence a vocation à réintégrer son organisme de tutelle, à savoir l’Institut de France.

Monsieur Jean-Paul Meyrueis, vice-président, regrette à son tour l’ambiguïté de la situation et suggère de mieux s’unir pour agir : « Pour être écoutés, il faut être visibles ». De là l’intérêt des travaux intercadémiques qui donneront du poids à la CNA dans la négociation.

 Le rapport financier est soumis au vote et approuvé à l’unanimité moins une abstention.

V.    LE PROCHAIN COLLOQUE

Monsieur Michel Woronoff, responsable des colloques parisiens, fait le point sur celui de l’année 2017. Il se déroulera les 9 et 10 octobre dans des locaux qui restent à déterminer (Institut ? Fondation del Duca ? autre ?) .
Le thème choisi, en accord avec le chancelier De Broglie, sera « L’Héritage ».  Michel Woronoff précise ses attentes : savoir ce que nous avons reçu de nos prédécesseurs, en matière de valeurs, de croyances, de richesse. Comprendre le passé pour préparer l’avenir – ce qui revient à redéfinir les fondements de la culture nationale. L’intérêt de ce sujet est son caractère interdisciplinaire ; son risque est de se limiter aux éléments de patrimoine, ce qui serait en réduire le champ.
Une quarantaine de propositions de communications ont été déjà recueillies. M. Woronoff acceptera d’en recevoir d’autres jusqu’à la mi-novembre, sous la forme d’un titre et d’un résumé d’une quinzaine de lignes. La date du choix des articles retenus est fixée au 30 avril 2017 ; le comité de lecture arrêtera sa sélection définitive en juin.

VI.    RENOUVELLEMENT DU BUREAU DE LA CONFÉRENCE

La composition proposée pour le nouveau bureau de la Conférence Nationale des Académies pour les années académiques 2016-2018 est la suivante :

•    Président d’honneur : Monsieur Bernard Bourgeois, membre de l’Académie des Sciences Morales et Politiques ;

•    Président : Monsieur Jean-Paul Meyrueis, membre de l’Académie du Var ;

•    Président honoraire : Madame Françoise L’Homer-Lebleu, de l’Académie d’Agriculture, Sciences, Belles Lettres et Arts d’Orléans, président sortant ;

•    Vice-président : Madame Christiane Roederer membre de l’Académie d’Alsace ;

•    Secrétaire général : Monsieur Yves Stalloni, membre de l’Académie du Var ;

•    Trésorier : Monsieur Jean-Pierre Aubry, membre de l’Académie du Var ;

•    Participants non statutaires au bureau : Monsieur Michel Woronoff, responsable des colloques de Paris, et Madame Catherine Lecomte, rédactrice en chef de la revue Akademos.


 La composition du nouveau bureau est soumise au vote et approuvée à l’unanimité moins trois abstentions.


VII. TRANSMISSION DE LA PRÉSIDENCE DE LA CONFÉRENCE NATIONALE DES ACADÉMIES

 


Madame Françoise L’Homer transmet alors la présidence de la Conférence à Monsieur Jean-Paul Meyrueis. Symboliquement, elle lui remet le trophée, confectionné à l’issue de l’assemblée générale 2010 à Metz et offert alors par Madame Demarolle, ancien président honoraire. Elle remet également au nouveau président le cahier contenant l’ensemble des comptes rendus des réunions et des assemblées générales de la CNA.

Monsieur Jean-Paul Meyrueis, en son nom et au nom de son équipe, exprime ses remerciements à celle qui l’a précédé à ce poste et a accompli un travail considérable apprécié de tous ; les liens ne sont pas rompus et, pour une bonne continuité du service, le nouveau président saura utiliser l’expérience de la présidente honoraire.

Enfin, Madame Christiane Roederer, en charge de l’organisation du futur colloque de 2018 qui sera organisé par l’Académie d’Alsace et se tiendra à Colmar, amorce une présentation de son programme déjà bien avancé, et invite les membres présents à s’inscrire en nombre pour une bonne réussite de la manifestation.
- Les dates exactes sont les 3, 4, 5 octobre 2018 ;
- Le titre choisi pour ce colloque est « Des étoiles et des hommes » ;
- Les visites prévues : musée de Colmar, Strasbourg (et le Parlement européen), Sélestat, etc.

 L’ordre du jour étant épuisé, la séance est levée vers 13 heures.





Assemblée générale de la Conférence Nationale des Académies en date du 9 octobre 2015

 

L’assemblée générale de la CNA pour l’exercice 2015 s’est tenue le 9 octobre 2015 de 17 h à 18h 30 au cours du colloque parisien, à la fondation Simone et Cino del Duca. Le président Françoise L’Homer-Lebleu, ouvre la séance et présente son rapport moral.

 

Ouverture de l’Assemblée Générale

 Au moment d’ouvrir cette Assemblée générale de mi-mandat, je voudrais tout d’abord vous dire le plaisir que j’ai à vous retrouver après cette année passée à la tête de notre Conférence Nationale des Académies depuis notre colloque d’octobre 2014 à Orléans. Vous le savez : mon temps d’apprentissage fut bref, un peu plus de six mois seulement, mais comme le dit le proverbe, « c’est en forgeant qu’on devient forgeron » ! La forge alors aux mains de Bordeaux était en bon état et nous avions de bons outils, affûtés depuis vingt ans déjà par des mains attentives. Avec Christian Froissart, notre secrétaire général, et Jean-Michel de Widerspach, notre trésorier, nous nous sommes donc mis à l’ouvrage avec confiance. Je les remercie tous deux vivement de leur engagement pour la bonne marche de la CNA, dans les grandes et les petites choses : la réalisation de l’Annuaire pour les grandes, le découpage des cartons d’invitation pour les petites, sans compter pour notre trésorier, la tenue scrupuleuse de l’agenda et de l’ordonnancement des tâches qui seule nous permet de ne rien oublier. Et puis, il me faut aussi remercier mes prédécesseurs qui, avec grande bienveillance, m’ont éclairée de leurs conseils, d’eux-mêmes, ou lorsque je faisais appel à leur expérience, Madame Jeanne-Marie Demarolle qui m’a de suite envoyé le petit fascicule publié à Metz relatant ses deux ans de mandature, notre président honoraire François Braud qui m’a entre autres transmis ses dossiers, les confrères des académies de province que j’ai sollicités pour telle ou telle question, Michel Woronoff bien sûr dont la présence continue au bureau depuis de longues années est un atout inestimable, tous ceux qui depuis le début de la CNA ont rédigé la Lettre des Académies et ceux qui, prenant la relève de Jean-Claude Remy (président sortant de l’académie d’Angers et président de la CNA de 2004 à 2006) qui en a eu la charge durant dix ans, assurent aujourd’hui le bon fonctionnement du site Internet, et mes regards vont cette fois vers notre vice-président Jean-Paul Meyrueis ; et bien entendu, le professeur Bernard Bourgeois, notre président d’honneur, qui a régulièrement suivi la marche de nos travaux et a pour moi, en quelque sorte, tenu lieu de figure paternelle dans cette organisation quelque peu impressionnante qu’est l’Institut de France. À travers notre président d’honneur, c’est également Monsieur le Chancelier que je remercie, mais j’aurai aussi l’honneur de pouvoir demain, de vive-voix, lui exprimer notre reconnaissance.

 Rapport moral

 Outre le Conseil d’administration qui s’est tenu à l’Institut de France le 11 mars dernier, précédé de la traditionnelle visite de courtoisie à Monsieur le Chancelier, nous nous sommes réunis environ une fois par mois en petit comité orléanais, afin de faire le point. Un intense échange de courriels quasi-quotidien, sinon plus, été compris, nous a permis d’assurer un suivi permanent des affaires.

             I - Deux tâches importantes nous attendaient pour cette première année de présidence : la nouvelle édition de l’Annuaire et la préparation du présent colloque.

  • L'Annuaire : Christian Froissart, dans son rapport d’activités, vous présentera son œuvre, fruit d’une collecte de données pour laquelle il dut parfois faire appel à sa bonne humeur naturelle et à sa patience de botaniste pour ne pas renoncer. Qu’il en soit remercié. Les volumes ont été envoyés dans les académies début octobre, en même temps que les Actes de notre colloque d’Orléans. Vous aurez vu que, pour combler les blancs, nous avons pris quelque liberté avec les muses qui maintenant viennent ici et là illustrer le volume et y mettre un peu de gaîté, sans pour autant en changer ni l’esprit ni le format. Merci, Christian, pour cette initiative.
  •  Le colloque. Le professeur Michel Woronoff vous parlera tout à l’heure du côté scientifique de ce colloque. À nous incombait la tâche de l’organiser concrètement, travail qui fut commencé dès le mois de novembre et nous a occupés tout au long de l’année. Le succès rencontré par le thème proposé nous a obligés à clore définitivement les inscriptions fin juillet, la capacité des salles et les normes de sécurité ne nous permettant pas d’aller au-delà, et il a fallu là aussi la délicatesse mêlée de fermeté de notre secrétaire général pour ne heurter personne, du moins nous l’espérons. Un autre problème qui s’est posé pour ce colloque fut la modification des conditions de mise à disposition des salons de la Fondation Del Duca, suite aux décisions prises par le Conseil d’administration de ladite fondation en 2013 : dorénavant, il nous faut payer les prestations afférentes à cette mise à disposition, c’est-à-dire les pauses-café, la mise à disposition des installations audio-visuelles et la rémunération du personnel pour entre autres le vestiaire, soit pour cette année, 3 000 €. Tous ces frais, naguère encore pris en charge par l’Institut, venaient en plus de la subvention de 10 000 euros que nous octroie cette année encore la Fondation del Duca pour l’impression de nos Actes, et nous l’en remercions. De plus, en raison du nombre d’inscrits, nous avons dû faire appel à un prestataire extérieur pour l’aménagement audio-visuel de la troisième salle. Ce n’est pas gratuit. Aussi, afin de pouvoir continuer à organiser ce colloque parisien sans pour autant risquer de mettre nos finances en péril, souhaiterions-nous que désormais, un droit d’inscription de 20 euros suggéré hier par le CA soit désormais demandé pour les colloques parisiens. Nous soumettons donc cette proposition à vos suffrages.

 

 

  • Je voudrais encore évoquer un autre problème apparu tant pour l’Annuaire que pour les inscriptions au colloque, c’est celui de la transmission de l’information, certains confrères, et même présidents d’académie, nous ayant dit n’avoir reçu l’information qu’en juin 2015, voire plus tard. Aussi suggérons-nous que chaque académie désigne un de ses membres comme responsable des contacts avec la CNA. Je ne voudrais bien entendu pas empiéter sur l’autonomie de nos académies. Nous y sommes tous très attachés. Mais dans la mesure où, en faisant partie de la CNA, nous avons adhéré à une structure plus vaste, peut-être oserais-je proposer que régulièrement, peut-être pas chaque fois, mais à intervalles réguliers ou du moins, chaque fois que c’est nécessaire, un moment soit consacré aux nouvelles de la CNA. Nous ne ferions d’ailleurs là qu’appliquer nos statuts qui précisent que la CNA «  a pour but […] de développer par une liaison permanente, les initiatives et réalisations des Académies agissant dans les cadres de  leurs statuts assurant leur autonomie ». Comment les développer si nous ne les connaissons pas ?

 

  • Un autre moyen de développer cette information est notre réseau CNA RENATER géré par Jean-Paul Legros, de l’académie de Montpellier, et dont Christian Froissart vous dira un mot tout à l’heure. Je voudrais cependant de suite rappeler la finalité de ce réseau : il ne s’agit pas de diffuser des opinions personnelles ni des pétitions, si justes puissent-elles paraître, mais de transmettre des informations ou initiatives qui s’inscrivent dans le cadre des travaux académiques. Le CA réuni hier a décidé qu’en cas de dérapage, une suspension de six mois pourrait être prononcée.

 

Il me faut encore ajouter deux points à cette première partie de mon exposé : la sortie du nouveau numéro d’Akadémos et la préparation du colloque de 2016. Si ces deux actions ne dépendent pas d’Orléans et ne nous ont pas demandé de travail, elles ont leur part dans les activités de la CNA pour cette année écoulée, et je me dois donc de les évoquer dans le rapport moral :

  •  Un mot donc d’abord sur le dernier numéro intermédiaire d’Akadémos que Catherine Lecomte, rédacteur en chef, a réussi à boucler en dépit des difficultés dont elle nous avait fait part en octobre dernier. Ce nouveau numéro nous est arrivé en juin. Catherine Lecomte, tout à l'heure, vous dira quelques mots à propos de ce numéro et vous donnera les indications nécessaires pour le suivant. J’ai de mon côté lu d’un bout à l’autre ce nouvel Akadémos et remercie notre rédacteur en chef pour ce beau numéro, illustré cette fois encore par les dessins de Jean-Pierre Dufoix.
  •  La seconde action en cours est la préparation du colloque de 2016 dans le Var. Je sais que tout est quasiment prêt. Le professeur Jean-Paul Meyrueis, qui a la haute main sur l’événement, vous en dira quelques mots tout à l’heure.

Voilà donc pour ce qui constitua la part essentielle de nos actions durant cette première année de présidence.

 

II - J’en viens à présent au second point de ce rapport moral : les contacts avec les autres académies et avec l’Institut.

 J’ai essayé, dans la mesure du possible, de répondre à toutes les sollicitations qui m’ont été faites, et ai été très heureuse de me retrouver le 6 juin dernier à Rouen pour la journée sur Patrimoine et Histoire organisée dans le cadre des « Rencontres des académies de l’Ouest ». Je me réjouis à l’idée de me rendre à Montpellier à la fin de ce mois pour le colloque consacré au cerveau placé sous l’égide de la CNA. Nombre de colloques sont organisés dans nos académies qui en rendent compte dans leurs sites respectifs. Pour les rencontres inter-académiques, je vous rappelle que notre site dispose d’une rubrique « Travaux inter-académiques ». Y sont pour l’instant mentionnées cinq rencontres inter-académiques de 2013, et, pour 2014, celle de Toulouse qui recevait Bordeaux, celle des académies interrégionales du Grand Ouest à Angers ainsi que la Rencontre Annuelle des cinq académies du Grand Est, toutes deux en juin, celle de Metz étant illustrée d’un beau reportage réalisé par Jeanne-Marie Demarolle. Notre site est notre vitrine vers l’extérieur. Maintenant qu’il est prêt dans sa nouvelle version, j’inviterais volontiers les académies qui ont organisé de telles rencontres depuis juin 2014 à envoyer ne serait-ce qu’un court compte rendu à notre vice-président le professeur Meyrueis afin qu’il puisse le mettre en ligne.   

Si, comme il est écrit sur le site, « les rencontres inter-académiques permettent de renforcer les liens au sein de la Conférence et de mieux faire connaître les travaux, communications et présentations de tous les membres » - et j’ajouterai  y compris vers l’extérieur -, les contacts avec l’Institut de France sont d’une autre nature et nous font entrer dans une autre dimension. Conseil d’administration de mars et réunion du comité de lecture de juin mis à part, je me suis par trois fois rendue à l’Institut pour une Séance solennelle depuis le colloque d’Orléans : la Séance solennelle de rentrée des cinq Académies le 28 octobre, celle de l’Académie des Sciences morales et Politiques en novembre, et enfin à la mi-juin pour la Séance solennelle de remise des Grands Prix des Fondations de l’Institut de France qui agit ainsi en mécène. Notre subvention en est un exemple. Ce dont nous prenons conscience en nous rendant, comme on dit : « sous la Coupole », dans ce lieu chargé d’histoire, c’est notre appartenance à quelque chose qui nous dépasse, qui nous ancre dans la grande histoire de France, dans sa dimension universelle, dans sa langue et dans sa culture qui nous ont été transmises et qu’il nous faut transmettre. La séance de rentrée de l’Institut du 28 octobre, dont le thème était La Grande guerre dans son siècle, m’a particulièrement marquée, avec entre autres l’évocation de Maurice Genevoix cher au cœur des Orléanais qui venait après la Sonnerie aux morts de la Garde républicaine en hommage aux académiciens disparus en 2014. J’en ai encore l’écho dans l’oreille. On passe, en un certain sens, de l’horizontale à la verticale, et l’on se dit que, tout en restant humble, il faut de la grandeur ; et c’est là un des points sans doute qui nous distingue des simples sociétés savantes. Puisque je vous représentais à cette séance, je tenais aujourd’hui à vous faire partager cette émotion.

Voilà ce que je voulais vous dire dans la seconde partie de ce rapport moral.

 

III - J’en viens aux actions entreprises et toujours en cours, ainsi qu’aux projets possibles pour cette seconde année de présidence.

 Il y a d’abord la question des archives qu’avait soulevée Jean-Pierre Dufoix en octobre dernier. Je me suis dès le mois de janvier tournée vers Jullien Coppier de l’académie florimontane, recommandé par Jean-Pierre Dufoix et archiviste de son état, qui m’a très aimablement conseillée tant pour la collecte de ces archives que pour leur hébergement, me suggérant entre autres de faire un test auprès d’une des académies ayant déjà assuré la présidence, afin de faire le départ entre documents relevant de leurs archives propres et archives susceptibles de rejoindre celles de la CNA. Je me suis tout naturellement tournée vers Montpellier qui m’a donné son accord. La relecture des plus de trente communications de notre colloque parisien à partir d’avril ne m’a cependant pas permis de continuer mes démarches, mais, je vais les reprendre sous peu. Peut-être est-il temps aussi de raconter l’histoire de la CNA depuis sa création. Ainsi, cherchant à faire l’historique des colloques parisiens, j’ai vu trace d’un colloque consacré à la francophonie qui avait eu lieu en octobre 1997, lorsque l’académie de Stanislas assurait la présidence. Je me suis adressée à Nancy pour en savoir davantage, ils m’ont répondu très gentiment : il s’agit de la séance solennelle du 10 octobre 1997 qui a eu lieu à la fondation Singer-Polignac. Malheureusement, il n’y a pas d’Actes, seulement un court compte rendu dans le numéro 17 d’Akadémos paru en février 1998. Les travaux sont donc perdus. Il serait dommage que la mémoire elle aussi se perde. Je vais reprendre cette recherche dès cet automne.

Et puis il y a les projets. Avant d’en faire d’autres, je me suis dit qu’il pouvait être intelligent de consulter notre site ainsi que les comptes rendus des différentes Assemblées générales afin de voir si des projets suggérés ou mis en route les années précédentes n’attendaient pas que nous les reprenions. J’en ai relevé trois que nous pourrions raviver :

  • Notre site fait état d’une émission de Canal Académie d’octobre 2012 à laquelle avaient participé Jeanne-Marie Demarolle, encore présidente en exercice pour quelques jours, ainsi que notre président d’honneur le professeur Bernard Bourgeois. J’y relève que nous avons droit à une heure d’antenne tous les ans. Peut-être pourrions-nous cette année réaliser une nouvelle émission.
  •  Il y a ensuite, lancée par Bordeaux en 2013, l’enquête sur les relations internationales. Seules à l’époque quatre académies avaient répondu. Pourtant, ces rencontres par-delà les frontières sont inscrites dans nos statuts qui suggèrent à l’article 2 « l’organisation de  colloques nationaux et internationaux » ainsi que « des rapports avec des académies étrangères ». Pour mener à bien l’organisation de tels contacts et de tels colloques cependant, il me semble que la présidence tournante n’est pas très commode et qu’il faudrait, comme pour les colloques parisiens, qu’un confrère (ou une consœur) assure, en liaison avec le président en exercice, le suivi de façon pérenne, ou du moins pour une durée plus longue que les deux ans de présidence, ne serait-ce que par courtoisie envers nos correspondants étrangers qui, sinon, risquent d’y perdre la tête. Sans doute faudrait-il aussi d’ailleurs dans un premier temps davantage prévoir des colloques transnationaux portant sur des sujets bien précis que des colloques à fréquence régulière qui risqueraient de paraître artificiels.
  •   La seconde initiative prise par Bordeaux fut l’organisation de la rencontre informelle de juin 2014 à l’Hôtel de la Marine qui fut un grand succès et dont beaucoup ont souligné l’intérêt. Nombreux sont ceux qui exprimèrent alors le désir de voir une telle rencontre se renouveler. Avec la rédaction de nos Actes 2014, l’Annuaire (qui revient tous les trois ans) et la préparation du colloque 2015, nous n’avions pas le temps de nous occuper, en plus, de mettre en place une nouvelle réunion de ce type, mais nous y songeons pour cette année qui s’annonce plus légère, ou plutôt moins lourde ! puisque c’est à Toulon que s’organise le colloque 2016. Reste à trouver une salle, puisque l’Hôtel de la Marine n’est plus disponible.

Conclusion
Je garderai les grands mots pour la fin de mon mandat en 2016, quand justement je passerai le flambeau à l’académie du Var. Pour l’instant, je vais me contenter en guise de conclusion de récapituler, dans l’ordre où je les ai mentionnés, les points que j’ai proposés à votre réflexion : un droit d’inscription de 20 € à prévoir pour le prochain colloque parisien ; la transmission de l’information entre les académies et la CNA avec, si possible, la désignation d’un correspondant attitré ; l’attention à porter à la teneur des messages transmis via  RENATER ; les petits comptes rendus des rencontres inter-académiques à envoyer au professeur Meyrueis pour notre site ; les archives - et je ferai sans doute appel à toutes les académies qui ont déjà assuré la présidence - l’émission à Canal Académie ; la réflexion à poursuivre concernant les contacts internationaux ; la rencontre informelle. Et tout cela, nous le ferons en ayant toujours à l’esprit notre appartenance à la grande famille académique dont l’Institut, qui nous protège - et cela nous honore - est le garant.

 

 

Françoise L’Homer-Lebleu

Président de la CNA

 

 

Rapport d’activité.

 

            Qu’y aurait-il encore à ajouter après le rapport moral exhaustif  présenté par Françoise L’Homer ?

            Quelques mots de l’Annuaire, envoyé depuis peu aux académies à raison de 10 exemplaires chacune. Malgré un effort d’illustration et de présentation, cette dernière édition n’est pas totalement satisfaisante. Certes, un cadre avait été défini pour que les académies répondent plus ou moins sur un même mode. Au vu du résultat, je m’aperçois qu’il aurait fallu un guide beaucoup plus précis : le prénom doit-il précéder ou suivre le nom ? Il faut certainement faire la distinction entre hommes et femmes ce qui rend utiles les M. et Mme. Que faire alors pour les généraux, les évêques, les professeurs, les docteurs, les Altesses Sérénissimes ?  De même s’il est intéressant d’avoir quelques informations sur l’activité professionnelle de nos confrères, jusqu’à quelle précision faut-il aller, avec quels vocabulaires (ils varient d’un corps à l’autre) quelles abréviations?Autre nécessité : avoir des informations homogènes entre les académies : certaines refusent de donner des N° de téléphone, en particulier portables, pour d’autres l’adresse électronique doit rester secrète. Dans ce domaine, il faut savoir rester raisonnable : cet annuaire est une publication privée, a diffusion restreinte, précieuse pour ceux qui ont besoin d’entrer en contact les uns avec les autres et ayons la modestie de ne nous prendre pour le cœur de cible des prospecteurs téléphonique et autres spammeurs ! Aux Strasbourgeois qui auront la charge du prochain annuaire, je propose de contribuer à établir ces règles.

            Une version PDF (avec des illustrations en couleurs) est disponible pour ceux qui m’en feront la demande et une version tableur (première étape vers une mise à jour en continue) sera disponible fin décembre.

 

            À propos de RENATER, le conseil d’administration a décidé d’appliquer une mesure d’exclusion d’une durée de 6 mois à l’encontre d’un confrère qui de manière réitérée a utilisé ce réseau pour diffuser des opinions sans rapport avec les activités de la CNA, après qu’une première mise en garde lui eut été adressée.

            Inscriptions au colloque : celles-ci se font trop tardivement et un peu « à la légère » puisque nous étions censés être salle comble et que les places libres qui restent sont celles de confrères inscrits qui ne sont pas venus, sans en avertir qui que ce soit. Ceci est d’autant plus regrettable que nous avons refusé, à cause du manque de place, autant d’inscriptions qu’il y a de chaises vides.

Vote de l’assemblée générale.

Au cours de l’assemblée générale, il a été procédé au vote de plusieurs mesures exposées dans le rapport moral de Françoise L’Homer :

  •   Droit d’inscription aux prochains colloques parisiens fixés à 20 € : accepté à l’unanimité.
  •   Nomination d’un correspondant CNA dans chaque académie : accepté à l’unanimité.
  • Approbation du rapport moral dans son ensemble : accepté à l’unanimité.

 

Rapport Financier.

Jean-Michel de Widerspach présente les comptes de l’année écoulée et une projection sur la situation à la fin du mandat du bureau actuel :

Jean-Michel de Widerspach présente les comptes et le budget prévisionnel qui s’établit comme suit au 9 octobre 2015 :

Avoir provenant de la CNA de Bordeaux Octobre 2014

Dépenses

Recettes

Avoir

Observations

           Livret A

 

27 374€

27 374€

 

           Compte Courant

 

28 510€

28 510€

 

Total Bordeaux

 

 

55 880€

 

Opérations entre oct 2014 et oct 2015 :

    Cotisations 2015

    Sénat

    Actes 2015 et subvention

   Akademos Juin 2015

   Annuaire

   Secrétariat, assurance et frais bancaires

   Frais colloque Del Duca

   Renvoi d'écran Del Duca

 

      

      5 600€

   11 000€

      2 850€

      2 000€

      1 000€

      3 000€

3 180€

 

    8 000€

    5 000€

 10 000€

 

 

 

 

 

Total, 2014 2015

   28 630€

23 000€

50 250€

 

  Prévisions pour 2015 2016 :

     Akademos,

     Frais salle réunions 2016

     Cotisations 2016

 

2 850€

1 500€

 

 

 

8 000€

 

 

Prévision 2015 2016

4 350€

8 000€

53 900€

 

Trois points expliquent l’augmentation des dépenses :

  •   La réalisation des Actes qui comportent plus d’illustrations en couleurs qu’habituellement, ce que justifie le thème du colloque
  •   Les frais liés à l’utilisation des locaux, désormais à la charge de la CNA
  •   Les installations de report d’image et de son dans une salle attenante, rançon du succès de ce colloque.

Soumis au suffrage de l’assemblée le quitus est donné au trésorier à l’unanimité.

 

Le nouveau site Internet de la CNA.

Jean-Paul Meyrueis présente la dernière version du site internet de la CNA accessible par l’adresse « inter-academies.fr ».

Ce site comporte une page Actualité de la CNA, permettant d’accéder aux rubriques suivantes :

Brèves : à la disposition des académies pour faire part de faits saillants pour leurs activités ou de billets d’humeur (dans le respect d’une académique neutralité).

La chronique du secrétaire général (gêne de ce dernier qui n’a ni eu le temps d’y écrire le moindre mot, ni le talent de chroniqueur de son illustre homonyme.

Réunion de la CNA (accès aux comptes rendus des réunions du conseil d’administration et autres)

Mot du président (avec un historique important)

La composition du bureau

La marche à suivre pour l’inscription au groupe CNA de RENATER

Les comptes rendus des assemblées générales.

La page « Académie » donne accès à une fiche d’identité et de contacts pour chaque académie (avec un lien vers le site propre de l’académie) et aux rubriques « Programme », « Activités » et « Publications » qui dirigent vers les informations (encore trop parcellaires) que les académies ont communiquées au responsable du site.

Enfin une page « lien » conduit vers d’autres sites à vocation académique.

 

Colloque 2016.

Jean-Paul Meyrueis présente le programme du prochain colloque de la CNA qui, organisé par l’Académie du Var, aura lieu à Toulon du 5 au 8 octobre.

Intitulé « Toulon, le Var et la mer », ce colloque offrira aux participants une découverte de plusieurs aspects des activités maritimes de cette ville : le port et la rade, l’exploration sous-marine, les heures sombres des corsaires et du bagne, du sabordage et des bombardements.

Un deuxième volet, « Var terre d’accueil », abordera successivement : les hommes et la terre du Var, Écrivains et artistes étrangers à Sanary (1925-1940) et enfin Hyères, terre de villégiature.

Le dernier volet « Toulon au 21e siècle » présentera l’avenir et les perspectives de Toulon : Tourisme et navigation de plaisance, Ifremer, la construction Navale militaire, la marine de demain avec en conclusion Boris Cyrulnik : L’homme et la mer.

 

Colloque 2017.

Michel Woronoff fait part du thème du prochain colloque Parisien : « L’Héritage » qui fera prochainement l’objet d’un appel à communications.

La séance est levée à l’heure prévue : 18h. 30.

 

Christian Froissart, secrétaire général

 

 

 COMPTE RENDU DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE LA CONFÉRENCE NATIONALE DES ACADÉMIES

TENUE À ORLÉANS LE 9 OCTOBRE 2014


1/L’assemblée générale de la Conférence Nationale des Académies des Sciences, Lettres et Arts s’est tenue le 9 octobre 2014 au Centre de Conférences d’Orléans, sous la présidence de monsieur François Braud, président de la Conférence, en présence de monsieur Bernard Bourgeois, membre de l’Institut et président d’honneur de la Conférence. Cette assemblée générale prenait place au cœur de trois journées de colloque organisées par l’Académie d’Orléans qui l’accueillait cette année.
La séance s’est ouverte à 16 heures 30 devant environ 160 académiciens représentant 23 académies différentes.

Rapport d’activité du Président
Dans son allocution d’ouverture et de bienvenue, le président Braud adresse ses très sincères remerciements pour l’accueil et la réussite de ce colloque. Il retrace alors les faits et moments qui l’ont marqué pendant ces deux années de présidence, à la tête de la CNA :

 - Les 4 et 5 octobre 2013 : colloque de Paris « L’esprit en progrès ».

 - Le 13 mars 2014 bureau : préparation de la journée du 3 juin.

 - Le 3 juin : réunion informelle à l’Hôtel de la Marine.

 - Le 9 octobre : CNA à Orléans.

 

Le président Braud dresse un bilan précis des deux années passées :

1 / Évolution de la CNA :

     Admission de Mâcon au sein de la CNA.

     La candidature de Nancy a été refusée car elle ne présente pas le caractère pluridisciplinaire exigé statutairement.


2  / Évolution des activités littéraires :

    Renouvellent du site Internet de la CNA avec le concours du professeur Jean- Paul Meyrueis et création d’un groupe « CNA » au sein du réseau de diffusion RENATER.

     Lettre des Académies : 3 numéros ont été diffusés N° 31, 32 et 33 (janvier, mai et novembre 2013)

     Akademos : Madame Catherine Lecomte, de l’Académie de Versailles et d’Île-de- France, rédactrice en chef de la revue Akademos, continue d’en assurer la publication.


3    / Déplacements du Président :   

   13 mai 2013 Caen

   21 22 novembre 2013 Montpellier.

   Visite à Mâcon, dernière Académie admise dans la conférence et dont le président Braud salue l’accueil particulièrement chaleureux. 
 
   Ouverture de l’Année Parmentier.

   Séance solennelle de remise des prix sous la coupole : 5 juin 2013 et 4 juin 2014.

   21 octobre séance publique des 5 Académies à l’Institut.
 
4    / Préparation du colloque de Paris des 9 et 10 octobre 2015 :

 C’est M. Woronoff qui en a arrêté le thème, en accord avec le chancelier de l’Institut, et qui s’est chargé du volet « communication ».
 Les locaux de l’Institut sont en travaux. Le colloque se déroulera donc au sein de la fondation Del Duca.

Le président Braud passe la parole à Monsieur Woronoff qui rappelle les thèmes des colloques antérieurs à Paris :

2005 : Séparation de l’Église et de l’État.

2007 : La Nation française.

2009 : Le progrès social.

2011 : La découverte de la Terre

2013 : L’esprit en progrès

Le    thème    retenu    pour    2015    est    « Le    corps    de    l’Homme ».

Monsieur Woronoff rappelle l’agenda de ce prochain colloque parisien :

Dans l’immédiat il attend les propositions d’articles.

30 avril 2015 :  date limite de réception des articles.

En mai : mise en forme (250 à 350 pages). En juin, réunion du comité de lecture : sélection des communications qui seront prononcées et établissement de la liste de celles qui ne le seront pas mais dont les textes figureront dans les Actes.                                                                                                                                         

10 octobre : fin du colloque, distribution des Actes aux participants et envoi d’environ 40 exemplaires par Académie.

5  / La  question  du  stockage des  archives  a  été  évoquée,  car la présidence  de la CNA « tournant » tous les deux ans d’académie en académie, il n’y a pas d’archives centralisées.

En conclusion du rapport d’activité, le président Braud déclare qu’il a beaucoup apprécié cette responsabilité, tout en déplorant la brièveté de son mandat au regard de l’ampleur de la tâche. Il remercie encore tous ceux qui l’ont aidé et adresse tous ses vœux à madame Françoise L’Homer et à son équipe pour la poursuite de cette activité.
Le rapport d’activité du président est approuvé à l’unanimité.

Situation des publications
L’Amiral Béreau, Secrétaire général de la CNA, fait le point des différentes publications :

1    / Lettre des Académies : 3 numéros ont été publiés en 2013. En 2014, dans l’attente de messages des Académies pour nourrir cette lettre, aucun numéro n’a paru.  Cela tient essentiellement au site Internet de la CNA qui s’est progressivement et avantageusement substitué à cette publication. Les diffusions « papier » ne concerneront probablement plus à terme que l’annuaire.

2    / Akademos : La question du nombre d’exemplaires à imprimer a été débattue. Le coût est de 2 200€. Certains pensent que l’on pourrait diffuser plus largement cette lettre par Internet. D’autres considèrent que nombreux sont ceux qui restent attachés au document « papier ». Ce point devra être approfondi, une solution mixte, « mise en ligne » avec diffusion papier d’un nombre limité d’exemplaires, n’étant pas à exclure. Madame Lecomte donne un aperçu du sommaire du prochain numéro avec notamment un texte du président Bourgeois « Égalité / Liberté » et annonce une couverture
« revue et corrigée ». Elle fait également part de la décision de limiter le tirage à 40 exemplaires par académie.

3    / Annuaire des Académies : le dernier remonte à la présidence de Metz. Il faudra que l’Académie d’Orléans en établisse un en 2015 et en diffuse environ 3 ou 4 par Académie. (Il semble que, pour de multiples raisons, en particulier de confidentialité, la mise en ligne soulève de nombreuses réticences qui devront être considérées).

4    / Réseau de diffusion RENATER : Il y a environ 200 inscrits dans le groupe CNA de RENATER. Ce procédé a à démontré son efficacité pour les échanges d’informations entre Académies (un seul courriel est diffusé à tous les membres inscrits dans le groupe). L’efficience de la méthode étant directement proportionnelle au nombre d’inscrits, il faudrait parvenir à l’augmenter.

5    / Le site Internet va connaître, dans les mois qui viennent, une nouvelle version, plus souple, sous la conduite du professeur Jean-Paul Meyrueis. L’amiral Béreau invite toutes les académies à contribuer à l’enrichissement de ce site par une information régulière sur leurs activités comme par la mise en ligne de communications significatives.

Rapport financier
La présentation des comptes indique une situation bénéficiaire.
Entre octobre 2012 et octobre 2014, les recettes ont été de 25 750€ et les dépenses de 14 954,65 : le solde est donc de 10 795€ .
Quant à la trésorerie elle est de 55 575,06€ .
Le trésorier reçoit, à l’unanimité, quitus pour sa gestion et le président exprime à nouveau tous ses remerciements à monsieur Régis Ritz.

Renouvellement du bureau de la Conférence
La composition proposée pour le nouveau bureau de la Conférence Nationale des Académies pour les années académiques 2014-2016 est la suivante :

-    président d’honneur : monsieur Bernard Bourgeois, membre de l’Académie des Sciences Morales et Politiques ;
-    président :    madame    Françoise    L’Homer,    vice-présidente    de    l’Académie d’Agriculture, Sciences, Belles-Lettres et Arts d’Orléans ;
-    président honoraire : monsieur François Braud, président sortant ;
-    vice-président : professeur Jean-Paul Meyrueis, membre de l’Académie du Var ;
-    secrétaire général : Monsieur Christian Froissart, membre de l’Académie d’Agriculture, Sciences, Belles Lettres et Arts d’Orléans ;
-    trésorier : monsieur Jean-Michel de Widerspach-Thor, membre de l’Académie d’Agriculture, Sciences, Belles-Lettres et Arts d’Orléans ;
-    participants non statutaires au bureau : monsieur Michel Woronoff, responsable des colloques de Paris, et madame Catherine Lecomte, rédactrice en chef de la revue Akademos.

Cette composition est adoptée à l’unanimité.

Transmission de la présidence de la Conférence Nationale des Académies
Monsieur François Braud transmet alors la présidence de la Conférence à madame Françoise L’Homer. Symboliquement, il lui remet le trophée, confectionné à l’issue de l’assemblée générale 2010 à Metz par madame Demarolle, présidente honoraire sortante.

Madame Françoise L’Homer exprime tous ses remerciements à monsieur François Braud ; elle sait pouvoir compter sur lui en tant que président honoraire. Elle tient aussi à remercier, au nom de tous, monsieur Marc Baconnet, président de l’Académie d’Orléans, pour l’organisation de ces trois journées orléanaises. Elle exprime enfin toute son émotion de prendre ainsi la présidence de la Conférence Nationale des Académies.

L’ordre du jour étant épuisé, l’Assemblée Générale se termine à 18H30.


Christian Froissart
Secrétaire général de la Conférence Nationale des Académies

 

 Compte-rendu de l'Assemblée générale Annuelle

réunie à Paris le 4 octobre 2013

 

L'assemblée générale annuelle 2013 de la Conférence Nationale des Académies s’est réunie à Paris le vendredi 4 octobre 2013 à la fondation Simone et Cino del Duca, à l’issue de la première journée du colloque L’esprit en progrès, sous la présidence de monsieur François Braud.
25 des 31 Académies de la Conférence étaient représentées.
Quatre points étaient à l’ordre du jour : le nouveau site Internet de la Conférence, l’admission au sein de la Conférence de l’Académie de Mâcon, un point sur les publications et la situation financière.

Le nouveau site Internet de la Conférence

Il avait été décidé lors de l’assemblée générale 2012 à Bordeaux de recréer un nouveau site Internet de la Conférence Nationale des Académies. L’ancien site, dû au professeur Jean-Claude Rémy de l’Académie d’Angers, était devenu obsolète et n’était d’ailleurs plus en ligne. Le professeur Jean- Paul Meyrueis, de l’Académie du Var, s’était proposé pour réaliser ce site : il avait donc reçu une lettre de mission du président de la Conférence sous couvert du président de l’Académie du Var.
Après un an de travail, à partir d’un site de logiciel de construction de site Internet, le professeur Meyrueis a mis la dernière main au nouveau site peu avant cette assemblée générale et a procédé à sa mise en ligne afin d’évaluer celui-ci. Il présente à l’assemblée, sur écran, ce nouveau site.

Ce nouveau site est accessible à l’adresse : inter-academies.fr

Naturellement, il s’agit là de la première maquette de ce site qui doit être maintenant améliorée, complétée et enrichie. Mais seul le professeur Jean-Paul Meyrueis sera habilité à procéder à des modifications et ajouts.

Admission de l’Académie de Mâcon

Le président François Braud retrace les grandes lignes du dossier de cette demande d’admission, au sein de la Conférence, de l’Académie de Mâcon et les différents courriers échangés. Il avait été demandé à cette Académie de mettre ses statuts en conformité avec certaines exigences de la Conférence, notamment en ce qui concernait le statut de ses membres. Le statut prévoyait notamment la possibilité pour une personne morale de pouvoir être membre de l’Académie de Mâcon. Ces statuts ayant été modifiés et les diverses pièces nécessaires ayant été versées au dossier (règlement intérieur…), plus rien ne s’opposait à l’examen de cette candidature en assemblée générale.
Quelques questions ont été posées lors du débat, elles ont porté en particulier sur deux points :
- l’ancienneté de l’Académie de Mâcon ; celle-ci a été créée en 1804 ; la représentante de l’Académie de Versailles a fait observer que l’Académie de Versailles, qui avait été admise initialement avec les 26 Académies fondatrices dès la création de la Conférence, était nettement moins ancienne, puisque datant de 1834 ;
- les travaux et publications de l’Académie : la production de l’Académie de Mâcon est très riche et démontre la variété et la qualité de ses travaux.

Le président met donc au vote, ouvert, l’admission de l’Académie de Mâcon. Une Académie vote contre, une s’abstient, les 23 autres Académies représentées votent pour. Le président François Braud prononce donc l’admission de l’Académie de Mâcon, qui devient ainsi la trente-deuxième Académie de la Conférence Nationale des Académies.

On trouvera ci-dessous une brève présentation de cette nouvelle Académie de la Conférence. On peut également consulter le nouveau site Internet de la Conférence, mis à jour après cette admission, et bien sûr se rendre sur le site Internet de l’Académie de Mâcon : www.academiedemacon.fr

Publications de la Conférence

La Lettre des Académies
Depuis un an, un effort a été fait pour enrichir la Lettre des Académies, dont le rythme de parution est de deux fois par an (automne et printemps).
Le secrétaire général de la Conférence a pris personnellement à sa charge la rédaction de cette Lettre. Celle-ci comporte, après un mot du Président, les divers comptes rendus des activités de la Conférence : réunion du Bureau, assemblée générale, colloque ainsi que des informations intéressant l’ensemble des Académies : publications, Groupe Renater, relations et échanges interacadémiques, hommage aux anciennes personnalités de la Conférence disparues.
Elle présente ensuite, Académie par Académie, les programmes et diverses nouvelles les concernant : composition des Bureaux, admissions de nouveaux membres, nécrologie…
La diffusion des programmes de toutes les Académies vise prioritairement à refléter la diversité et la richesse des activités et des travaux des Académies de la Conférence. Naturellement, le secrétaire général a besoin du concours de toutes les Académies pour enrichir cette Lettre.

Dorénavant la Lettre des Académies sera diffusée sous plusieurs formes :
- elle continuera à être adressée en version papier au secrétariat de chaque Académie, mais en un nombre limité d’exemplaires, une dizaine par Académie ;
- elle est maintenant adressée en version électronique à l’adresse mail de chaque Académie, charge à chacune de la faire suivre vers ses membres à sa convenance ;
- elle sera mise en ligne sur le nouveau site Internet de la Conférence (les anciennes Lettres y figurent déjà) ;
- elle sera adressée directement aux membres du groupe CNA-Renater.

Revue Akademos
Le numéro 31 de la revue Akademos est paru en février 2013. Il a été adressé en une vingtaine d’exemplaires à chaque Académie. Le prix de la revue, renégocié avec l’imprimeur, a été considérablement baissé, en pratique divisé par deux ; pour ce dernier numéro, il a été de moins de 3 000 euros, frais d’impression et de diffusion compris.
Madame Catherine Lecomte, de l’Académie de Versailles, rédactrice en chef, indique aux représentants des différentes Académies qu’elle souhaite naturellement recevoir le maximum de contributions du plus grand nombre possible d’Académies pour cette revue Akademos.

Annuaire de la Conférence
L’annuaire édition 2012 des membres titulaires des Académies de la Conférence, réalisé par l’Académie de Metz, a été diffusé début 2013 en un nombre limité d’exemplaires « papier » à toutes les Académies. Pour la première fois, une version électronique a été enregistrée. Celle-ci a été adressée à tous les membres du Groupe CNA-Renater.
Le prochain annuaire sera dressé en 2014 par l’Académie d’Orléans, Académie prenant la Conférence. La version « papier » sera limitée aux membres du Bureau et à quelques exemplaires, une dizaine maximum, par Académie.

Situation financière de la Conférence

(Voir les détails dans la Lettre des Académies n°33)
Monsieur Régis Ritz, trésorier, présente la situation financière de la Conférence. Cette situation est saine.
La cotisation annuelle de chaque Académie reste fixée à 250 euros.
Il reste quelques factures d’un montant limité à régler (réalisation du site Internet, frais divers).
Par ailleurs, à l’occasion du colloque 2013, la Fondation del Duca a accordé à la Conférence une subvention de 10 000 euros. Cette somme servira en particulier à régler le montant de la facture de l’impression des actes du colloque 2013.

Questions diverses

Le Groupe CNA-Renater comprend au 1er octobre 2013 les 31 Académies de la Conférence en tant que telles et 161 membres inscrits à titre personnel. Mais 15 Académies seulement avaient communiqué au responsable du Groupe, monsieur Jean-Paul Legros, de l’Académie de Montpellier, la liste des adresses électroniques de leurs membres afin de les contacter et de leur proposer de s’inscrire dans le Groupe CNA Renater. Une relance va être faite auprès des 16 Académies qui n’ont pas communiqué à monsieur Legros les adresses électroniques de leurs membres.

Le président François Braud a rappelé que les Académies de la Conférence ne ressortent pas du statut d’association «type loi de 1901 », mais qu’elles sont régies par des statuts et des dispositions dérogatoires propres aux Académies.

Le secrétaire général de la Conférence Nationale des Académies : l’amiral Alain Béreau