PUBLICATIONS DE L'ACADÉMIE DES SCIENCES, INSCRIPTIONS ET BELLES-LETTRES DE TOULOUSE

 

 

 

Supplément aux Mémoires de

l’Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse

Volume 176, 19e  série - Tome IV

  

 

Année académique 2013 - 2014

 

 

1914

Le choc de la guerre dans le Sud-Ouest Avant et après

 

 

 

Lorsqu’au printemps de 2013, l’Académie des Sciences Inscriptions et Belles-Lettres (AdSIBL) de Toulouse a commencé, sur notre suggestion, une discussion en son sein sur la manière dont elle pourrait apporter sa contribution à la commémoration de la Grande Guerre, rien dans les médias ni dans les débats publics n’évoquait ce centenaire qui se profilait pour l’année suivante. Nous avions donc bien anticipé les choses, notamment la déferlante d’événements et d’actions de tout genre qui allait débuter en novembre 2013, date officielle du début de la commémoration.

Notre intention n’était pas de nous substituer aux organismes officiels et aux historiens qui allaient prendre en charge cette commémoration, mais bien d’y apporter notre contribution, modeste mais originale. Il y avait au sein de l’AdSIBL de Toulouse des membres qui, de par leur profession ou comme simples amateurs férus d’Histoire contemporaine, s’étaient intéressés au sujet et pouvaient, dès l’année académique 2013- 2014, faire part de leurs réflexions et études. Mais au préalable, afin d’éviter de se disperser et de refaire ce qui serait fait, de toute façon, par ailleurs, nous avions décidé   de délimiter notre champ d’investigation dans le temps et dans l’espace : il concernerait surtout le début de la guerre et la région dite du « Grand Sud-Ouest  ».

 

Les résultats des actions de 2013-2014 se sont répartis en trois phases : au sein même des séances de l’AdSIBL en février 2014, lors d’un colloque organisé un samedi après-midi à l’Hôtel d’Assézat en avril 2014, et lors d’une séance des dits « mardis d’Assézat » en octobre 2014.

 

. Lors de la séance de l’AdSIBL du 27 février 2014, Germain SICARD a présenté une communication sur

« Les écoles primaires à Toulouse et leurs enseignements patriotiques avant 1914 ».

Il y fut question du réseau d’écoles primaires à Toulouse à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, et des enseignements qui y étaient donnés en vue d’affermir le sentiment patriotique des enfants.

- Le colloque du samedi 5 avril 2014 fut l’occasion de trois exposés dont voici les auteurs et les résumés qu’ils ont proposés.

 

Jean-Baptiste HIRIART-URRUTY

« Regards sur les débuts de la guerre de 1914-1918 au Pays basque »

La consultation des archives municipales des villages permet de percevoir comment furent ressentis et vécus les débuts de la guerre de 1914-1918. A l'aide d’exemples en Pays basque mais aussi en Midi-Pyrénées, sont mis en lumière quelques uns de ces aspects : l'appel à la mobilisation ; le rôle de la pression sociale, de l'école, du clergé et de la presse ; les déserteurs ou insoumis (dans les zones frontalières) ; les premiers tués ; la réorganisation de la vie rurale (travaux des champs, réquisitions pour l'armée, réfugiés, etc.).

Dans cette série de dix « billets », parus en partie dans la revue bimensuelle Berrixka du canton de Hasparren entre novembre 2013 et avril 2014, l’auteur jette un coup d’œil sur différents aspects de la guerre, au Pays basque comme dans le Grand Sud-Ouest. La succession des chroniques montre aussi l’évolution de la perception des événements de commémoration au fur et à mesure de leur installation, de leurs débuts officiels en novembre 2013 jusqu’au moment du colloque en avril 2014.

 

Pierre LILE

« Un hôpital militaire en 1914 dans un village de la Haute-Garonne »

La communication s'articule autour de deux photographies. Dans une première partie, on y définit le terme d' « hôpital militaire » et les diverses questions qui s'y rattachent, dans cette première année de guerre et au-delà. On évoque ensuite la mémoire et la carrière du Général de Curières de Castelnau, héros du village de Montastruc-la- Conseillère et adresse de l'hôpital sur l'avenue portant son nom. Un dernier volet décrit l'hôpital proprement dit et son fonctionnement : les locaux, blessés et malades, médecins et infirmières, intendance et son devenir jusqu'à sa  fermeture.

 

Jacques ARLET

« Les journaux toulousains à la veille de la guerre de 14-18 »

Grâce à l'existence de quatre quotidiens toulousains de tradition et d’orientation politiques différentes, l' Express du Midi, le Télégramme, la Dépêche et le Midi Socialiste, il est possible de situer l'opinion de leurs lecteurs par rapport à l'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand et des événements qui l'ont suivi et qui ont abouti à la guerre, alors qu'elle n'était pas inévitable!

 

 . La séance des « mardis d’Assézat » le mardi 14 octobre 2014 était consacrée à la conférence de Lucien REMPLON, intitulée :

« Août 1914: La bataille des frontières ».

On y évoque le début de la guerre : l’impréparation et les erreurs des armées ; le terrible mois d’août 1914, qui fut si meurtrier et qui concerna bon nombre de régiments d’infanterie du Sud-Ouest, notamment des unités « toulousaines  ».

 

Les cinq textes présentés au-dessus constituent la matière du document présent. Nous remercions les auteurs de les avoir écrits et proposés à la lecture du plus grand nombre.   Il est probable qu’après ces débuts en 2013-2014, d’autres contributions viendront alimenter la commémoration du centenaire de cette terrible guerre.

 

 

Pour l’AdSIBL de Toulouse, J.-B. HIRIART-URRUTY, coordinateur

(été 2014).

 

 

L'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse a publié en 2014 un ouvrage sur les débuts de la guerre de 14, présenté ci dessus par son coordinateur. 
Il est possible de télécharger cet ouvrage dans son intégralité sur le site internet de l'Académie de Toulouse : http://academie-sciences-lettres-toulouse.fr